Loading...
NewsPoliticsSports

Propriétés stimulantes

La molécule de caféine

Le café contient de la caféine, alcaloïde ayant, entre autres, des propriétés stimulantes. Pour cette raison, il est surtout consommé le matin ou pendant les heures de travail, et, parfois, tard dans la nuit, par ceux qui veulent rester éveillés et concentrés. Le café décaféiné, ou « déca », dont l’essentiel de la caféine a été retiré, permet de profiter du goût du café sans la stimulation. Il existe aussi des tisanes dont le goût s’approche du café, mais qui ne contiennent pas de caféine.

La dépendance au café (à la caféine) est très répandue et le sevrage donne lieu à des symptômes observables.

Lors de la préparation d’un café, la caféine apparaît en dernier. Lorsque l’eau traverse la mouture de café, elle va dans un premier temps s’imprégner des arômes et ensuite seulement de la caféine. On trouve le schéma inverse pour la théine. Donc, contrairement à une idée préconçue, un expresso allongé sera plus excitant qu’un café serré. Le taux de caféine dépend aussi du type de café. L’arabica, plus onéreux que le robusta, contient plus de saveur et moins de caféine. C’est pour cette raison que l’on trouve souvent des mélanges d’arabica et de robusta.
Propriétés gustatives

Comme pour d’autres produits, tels que le vin, l’arôme joue un rôle prépondérant dans le plaisir qu’on éprouve à boire une tasse de café. Cet arôme est perçu par la muqueuse nasale soit directement, par le nez, soit rétronasalement par le pharynx lorsque les composés volatils remontent vers la muqueuse olfactive.

On dénombre au moins 800 composés chimiques dans le café. Leur proportion et leur nature détermine la spécificité du café en question. À titre d’exemple, et pour citer quelques composés majoritaires, on trouve : la vanilline, le gaïacol et le 4-Ethylguaïacol (phénoliques et épicés), le 2,3-butadione (arôme de beurre), le 2-Methoxy-3-isobutylpyrazine (terreux), le methional (pomme de terre et sucré) et enfin le 2-Furfurylthiol (arôme, simplement, de café). D’autres composés procurent des sensations de noisette, noix, caramel et, de façon plus surprenante, de champignon, viande, etc.

La plupart de ces composés se dégradent à l’air et à la lumière, ce qui explique le conseil usuel de conserver le café moulu dans un récipient hermétique sous vide, à l’abri de la chaleur et de la lumière. Conserver le café sous forme de grains et le moudre au dernier moment minimise la surface de contact avec l’air, et donc la probabilité de dégradation des arômes.

Propriétés thérapeutiques

Une étude menée sur 12 années en Finlande, pays qui détient le record de la consommation de café avec une moyenne de neuf tasses par jour par adulte, par l’Institut national de santé publique de Helsinki sur 14 600 personnes âgées de 35 à 64 ans sans antécédents de maladies cardiovasculaires, vient de livrer d’étonnantes conclusions que les chercheurs ne s’expliquent pas. Il semblerait que plus la consommation de café par un individu est importante, plus les risques de diabètes de type II auraient tendance à diminuer

Une nouvelle étude canadienne, réalisée sur plus de 40.000 personnes (!), publiée dans la revue « Arthritis et rheumatism » (rapportée e.a. par France 2, juillet 2007) suggère une diminution du risque de goutte chez les hommes en cas de consommation de café. Cette diminution peut atteindre 40% à partir de 4 tasses par jour. Cette relation n’a toutefois pas été retrouvée avec le décaféiné et le thé. Selon cette étude, le café serait bénéfique également contre :

– L’Alzheimer

– Le diabète de type 2 (dans lequel l’insuline ne joue aucun rôle)

– Le cancer du foie et sans doute certains autres cancers (l’étude se poursuit)

Attention: contrairement à une idée reçue, l’expresso est moins caféiné qu’un café filtre simple ou un café issu de la percolation! Et comme on l’a écrit sur cette page, rappelons que le café arabica contient 2 fois moins de caféine que le robusta.

Selon le journal New York Times, il y aurait des antioxydants dans le café, ce qui préviendrait les dégats cellulaires dus aux radicaux libres. Selon l’ASIC (l’Association Scientifique Internationale du Café), cette action « anti-âge » serait due aux polyphénols contenus dans le café mais serait à relativiser car le café « a aussi bien des effets bénéfiques que nuisibles in vitro, ces effets étant dépendants de la dose ».

Il ne faut toutefois pas tirer de conclusions hâtives : d’une part, on sait d’après les connaissances scientifiques actuelles que le café agit positivement sur le système cardiovasculaire, mais le mécanisme d’action reste inconnu ; d’autre part, le café possède un effet hypertenseur et est déconseillé aux patients atteints de troubles cardiovasculaires graves ou chroniques. Notons cependant qu’une étude récente suggère un effet anti-hypertenseur des grains de café vert sur un modèle animal d’hypertension.
Le café est-il bon ou mauvais pour la santé ?

Il est vrai que le café augmente la pression artérielle chez les buveurs occasionnels mais il a aussi des vertus : il apporte des minéraux (potassium), de la vitamine PP et bien sûr de la caféine qui stimule le système nerveux, l’intellect et la digestion. Cependant, il diminue aussi l’absorption de certaines vitamines B et du fer et peut également perturber le sommeil.

Ref.: https://cafe.cafes-pfaff.com/w-10-origine-et-histoire-du-cafe.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editor's choice